Genre et petite enfance

ProjetAnnéeClientDescription du projet
Situation des enfants et des adolescents au Sénégal diagnostic et analyse2018UNICEFLa SITAN trouve sa pertinence dans le contexte sociodémographique actuel du Sénégal marquée par l’extrême jeunesse de la population.
La proportion des moins de 5 ans représente 16,65% et les moins de 15 ans, 43,19% de la population totale. Avec cette jeunesse de la population, le Sénégal va enregistrer les effets maximums du dividende démographique s’il met en œuvre une approche de développement intégré qui optimise simultanément des investissements dans le domaine économique, de l’éducation, de la planification familiale, de la santé, de la protection sociale et de la gouvernance. Toutefois, les ressources consacrées à ces secteurs demeurent faibles malgré les efforts consentis. Le rapport sur l’analyse des dépenses publiques dans les secteurs sociaux au Sénégal sur la période 2006-2013 (MEFP/DGPPE et UNICEF, 2016) avait mentionné la nécessité d’allouer davantage de ressources aux secteurs sociaux.
Etude de base de la 2ème phase du Programme conjoint UNFPA-UNICEF pour l’accélération de l’abandon des MGF (2014-2017) dans les régions de Régions de Matam, Kédougou, Tambacounda et Kolda2015Ministère de la femme, de la famille et de l’enfance
/Direction de la Famille
Fonds des Nations Unies pour la Population (FNUAP)
Fonds des Nations Unies Pour l’Enfance (UNICEF)
L’étude, effectuée à Dakar et dans les régions de Matam, Kédougou, Tambacounda et Kolda, a donné, pour l’essentiel, les résultats suivants :
- l’excision est une pratique ancienne ancrée dans les considérations sociétales des communautés ;
- l’excision est une exigence religieuse ;
- l’excision permet d’atténuer le désir sexuel des filles et de les protéger contre tout acte sexuel ou grossesse avant le mariage ;
- l’excision fait intervenir une multitude d’acteurs dans un champ relationnel assez complexe avec des objectifs différenciés car chaque catégorie d’acteurs vise un ensemble d’objectifs spécifiques ;
Etude d'impact des déclarations d'abandon de l'excision au Sénégal
2016Ministère de la femme, de la famille et de l’enfance
/Direction de la Famille
Fonds des Nations Unies pour la Population (FNUAP)
Fonds des Nations Unies Pour l’Enfance (UNICEF)
L’excision constitue une forme de mutilation génitale de la femme pratiquée par de nombreuses communautés au Sénégal. Très tôt, le Gouvernement a affiché sa volonté de mettre fin à cette pratique, le processus a commencé vers les années 1970 et aboutit à la Loi interdisant l’excision en 1999. Dans la mise en œuvre de ce processus, le Gouvernement du Sénégal bénéficie de l’appui de plusieurs types d’acteurs, ce qui a permis de réaliser des résultats probants en matière de baisse du taux de filles excisées, d’ailleurs certaines communautés ont même fait une déclaration publique d’abandon de l’excision.

L’objectif principal poursuivi par l’étude est d’apporter des évidences sur les déclarations d’abandon. Il s’agira également d’apprécier le niveau d’effectivité des déclarations
d’abandon de l’excision, mais aussi les facteurs bloquants, ainsi que les stratégies qui ont permis d’enregistrer des résultats probants.
Les objectifs spécifiques visés par l’étude sont les suivants :
- analyser les déterminants des déclarations d’abandon dans les communautés les ayant faits ;
- analyser le niveau d’effectivité de l’abandon au niveau de ces communautés et inventorier celles dont les déclarations ne sont pas suivies d’effet ;
- analyser le niveau de mise en œuvre des actions d’accompagnement mises en place dans ces communautés après leur déclaration d’abandon ;
- faire une synthèse et une analyse comparative des déterminants des déclarations d’abandon et des causes de résistance ;
- proposer les différentes stratégies pour la promotion de l’abandon de l’excision en fonction des spécificités des différentes entités administratives et groupes socioculturels concernés par la pratique.
Etude de la dimension genre du Programme Agricole Italie-Sénégal (PAIS)2017Programme Agricole Italie-Sénégal (PAIS)L’objectif général du PAIS est de « contribuer à améliorer la sécurité alimentaire des populations des régions d’intervention du programme de coopération Italie – Sénégal dans une logique de développement concerté au niveau local et durable ». Cet objectif général se décline en quatre objectifs stratégiques. D’ailleurs, l’objectif stratégique N° 2 du PAIS vise à « soutenir l’intensification durable de l’agriculture à travers l’empowerment des femmes et des jeunes agriculteurs dans la riziculture pluviale, le maraichage, la transformation après-récolte et la commercialisation des produits agricoles. »
L’objectif global de l’étude est d’apprécier, suivant une approche concertée, la prise en compte de la dimension genre dans le programme PAIS financé par la coopération Italienne. Il s’agira, spécifiquement, de :
- caractériser les bénéficiaires finaux du programme (du point de vue démographique, socio-économique et productif) ;
- apprécier le niveau de connaissance et de compréhension des concepts et principes de genre, ainsi que les méthodes de suivi-évaluation de genre au niveau des antennes régionales du programme ;
- analyser le niveau de prise en compte de la dimension genre, ainsi que les besoins prioritaires et stratégies pour une meilleure prise en compte du genre ;
- identifier sur la base des indicateurs de genre retenus par les missions du PAPSEN, les actions pour une meilleure visibilité des aspects liés au genre ou reformuler ces indicateurs (i) index de nutrition, ii) index d’inégalité de genre, iii) index de présence
qualifiée de femmes et hommes dans les domaines agricoles ;
les tester sur le terrain et définir des mécanismes de suivi-évaluation.
Concrètement, l’étude devra aboutir à la proposition de stratégies réglementaires et organisationnelles pour la promotion du genre, avec des critères pertinents émanant des propositions des acteurs locaux.